Vous êtes ici

La dernière revue Marseille vogue "Toutes voiles dehors"

11 juillet 2018

Une Histoire de la voile, de l’Antiquité aux J.O.

Du Gyptis, barque de pêche cousue, à voile carrée, du VIème siècle av. J.-C. Aux véritables « Formules 1 » des mers que  sont les catamarans actuels, armés pour  la course au large, le nouveau numéro de la revue Marseille vous invite à prendre le large, livré aux caprices d’Eole.

Longtemps la voile a constitué le principal moyen de propulsion des navires marchands qui ont fait la réputation du port de Marseille. Supplantée par la  vapeur, au XIXème siècle, elle-même concurrencée à son tour par les moteurs diesel, la voile s’est peu à peu tournée vers le yachting, la navigation de plaisance, les régates et la compétition sportive.
Une évolution à laquelle Marseille a contribué, se trouvant quelquefois en pointe comme pour l’arrivée en France, dans les années soixante-dix, d’une nouvelle discipline : la planche à voile.

Dotée d’une solide expérience dans l’organisation des grandes compétitions nautiques et forte d’une rade aux caractéristiques naturelles exceptionnelles, Marseille s’est portée candidate, avec succès, pour l’accueil des épreuves de voile des Jeux Olympiques 2024.

Soutenue par une communauté nautique extrêmement dynamique et des clubs où s’illustrent d’innombrables talents, la ville est désormais en route vers les J.O, toutes voiles dehors !
 

EDITO

Ce numéro 259 est consacré à "la Voile" : un sujet qui projette Marseille vers l’avenir avec les Jeux Olympiques 2024 qui lui permettront d’accueillir plusieurs disciplines nautiques et leurs compétiteurs luttant contre les vents dominants en quête de la victoire. Autant de spectacles grandioses, au retentissement planétaire !

Quant au présent, l’attractivité de ce plan d’eau en Méditerranée n’est plus à démontrer. Des évènements récents, telle la présence des trimarans géants de la classe "Ultime" et des concurrents de la "World Cup Series Final", ont permis d’apprécier les qualités et les difficultés de la rade. L’esprit de Pierre de Coubertin souffle déjà sur la cité avec de jeunes Marseillais qui s’entraînent ; l’important n’est-il pas de participer ?

La passion de la voile, qu’elle soit sportive ou d’agrément, s’affirme dans la diversité des associations et des clubs impliqués, mais aussi par les métiers, les emplois, le rayonnement international et les retombées touristiques qu’elle génère.

Cependant, avant d’être de plaisance, la navigation fut essentiellement marchande ou guerrière. Toute une partie de l’histoire maritime s’est bâtie ici, depuis l’arrivée des navires phocéens alliant la propulsion à la voile avec celle des rames jusqu’aux derniers schooners et aux tartanes malonnières attachés au port après la Première Guerre mondiale.

De ces bâtiments relevant de la "marine en bois", des artistes se sont attachés à conserver la silhouette hérissée de gréements, que les moteurs à vapeur, puis au diesel s’apprêtaient à supplanter. Parmi eux, Jean-Baptiste Olive, l’un des maîtres de l’Ecole provençale du XIXe siècle qui s’avéra un excellent mariniste recherché, collectionné de nos jours comme d’ailleurs notre concitoyen John Pendray honoré du titre rare de Peintre officiel de la Marine nationale.

Enfin, selon notre habitude, nous attirerons votre attention sur des expositions, des festivals et quelques livres à ne pas manquer en cette période estivale. Ainsi, thème après thème, vous partirez à la découverte des hommes et des femmes qui ont construit ou qui constituent cette ville à nulle autre pareille. Marseille regarde depuis toujours vers le large, nous le savions.

Avec cet exemplaire entre les mains, vous êtes déjà embarqué ; les amarres ont été larguées depuis un moment ; le vent souffle dans les voiles…
Paré à virer !

[Patrick BOULANGER]
­

Téléchargez le sommaire 

 

  • Le numéro 259 est en vente en kiosques
  • Vous pouvez aussi le commander directement sur la boutique en ligne de Marseille.fr, tou­t ­ comme les anciens numéros encore disponibles.
     
  • Enfin vous pouvez le commander par courrier directement au siège de la revue ou également le retirer sur place :­  ­

    Revue Marseille
    Maison Diamantée
    2 rue de la Prison
    13002 MARSEILLE
    Tél : 04.91.14.64.16  
    E-mail :
    revuemarseille@mairie-marseille.fr
    Tarifs : 8€ l’exemplaire, 26€ l’abonnement de 4 numéros ou 48€ l'abonnement de 8 numéros.
    Chèque établi à l’ordre du "Trésor Public".  Frais de port inclus.

Réseaux sociaux

 

Suivez nous sur Facebook !

 

  Live Tweet