Vous êtes ici

Partez en croisière avec la dernière Revue Marseille !

27 décembre 2019

"Croisières, embarquement immédiat !"

Il faut remonter à la première moitié du XIXème siècle pour trouver trace de la première croisière à Marseille, c’est dire si l’attrait suscité par l’escale provençale ne date pas d’hier ! Au printemps 1836, c’est à bord d’un navire à roue, bien nommé « Phocéen », que le voyage d’agrément emmène ses premiers passagers à la découverte des richesses culturelles de la Méditerranée.
Trente ans plus tard, l’écrivain Mark Twain, embarqué à bord du "Quaker City" vantera l’étape marseillaise.

L’invitation au voyage épousera ensuite la silhouette des grands navires de la Générale Transatlantique, des Messageries Maritimes ou des compagnies locales : Fabre, Paquet...  dont la seule évocation fait encore rêver !

L’essor spectaculaire de cette activité à Marseille est cependant relativement récent.
Avant 1996, date de la création du Club de la croisière qui fédère autour de la CCI les énergies portuaire et municipale, le nombre de croisiéristes n’était que de 19 000 par an. Un quart de siècle plus tard, la barre des 2 millions devrait être allègrement franchie en 2020 !

Proche du top 3 des ports de Méditerranée, derrière Barcelone et Rome, la croisière représente désormais une filière touristique clef du développement économique de Marseille, générant plus de 2 000 emplois et 310 millions d’euros de retombées annuelles.

Une manne pour l’économie locale, mais également pour les grandes compagnies internationales dont les gigantesques palaces flottants escalent à Marseille. Des opérateurs qui se doivent de prendre en compte l’impact environnemental de leurs navires à quai. La prise de conscience est enfin bien réelle et la course à la limitation des émissions désormais lancée. Une nécessité si l’on veut que la croisière continue à nous faire rêver avec son invitation au voyage sans cesse renouvelée.
 

EDITORIAL

Au moment où Marseille s’affirme toujours plus à l’international comme l’un des grands ports de la croisière en Méditerranée, nous tenions à rappeler dans notre revue cette longue histoire, trop méconnue. La croisière n’est pourtant pas un phénomène récent en ses bassins.

La première, sinon la plus ancienne, dont on retrouve trace au départ de Marseille est celle du navire à roues bien nommé « Phocéen », dont la carrière commença en… mai 1836 par un voyage « d’agrément » de près de quatre mois ! Des vapeurs étrangers dédiés à ce nouveau mode de vacances escalèrent ensuite, à l’instar du « Quaker City » en juillet 1867 dont le voyage fut immortalisé par l’un de ses passagers qui devint l’écrivain Mark Twain.

De Marseille, de nombreuses croisières furent organisées en direction de l’Italie, de la Grèce, de l’Egypte et du Proche-Orient par des armements français (Générale Transatlantique, Messageries Maritimes, Chargeurs Réunis) et par les compagnies locales (Fabre, Paquet, Mixte, SGTM). Une fois encore, en ce domaine comme dans bien d’autres, les Marseillais se montrèrent novateurs.

Après l’éclipse des deux Guerres mondiales, cette activité maritime repartit de plus belle. Marseille a su se repositionner depuis 1996 grâce aux actions de son « Club de la Croisière » qui rassemble les acteurs de la filière avec le soutien de la Ville, de la Chambre de commerce et du Port, ses membres fondateurs.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes ! Des quelques 10 000 croisiéristes comptabilisés au début des années 1990, on est passé au million en 2013. A la fin de l’année 2019, la fréquentation escomptée porte sur 1 800 000 personnes embarquées sur 75 bâtiments aux 520 escales programmées par 25 compagnies. Le cap symbolique des deux millions de croisiéristes, ressortissants de cent nationalités, sera franchi en 2020.

Des navires d’une plus grande capacité, aux décorations étonnantes, sont en cours de construction ; leur clientèle s’est diversifiée. De la notion d’« hôtels flottants », on est désormais passé à celle de « clubs » aux activités et prestations variées pour tous les budgets. Rares seront les ports méditerranéens qui pourront les accueillir, dans le respect de la préservation de l’environnement et du développement durable.

Destination ô combien attractive, Marseille devenue le premier port de croisière de France, qui a connu la plus forte croissance mondiale de ce secteur en ces vingt dernières années, s’y prépare.
Les enjeux et retombées économiques pour le territoire sont déjà d’importance. Vous allez les découvrir avec les professionnels concernés. Aussi, sans plus attendre,

dépêchez-vous de faire vos valises !

 

[Patrick Boulanger]

­

Téléchargez le sommaire 

  • Le numéro 265 est en vente en kiosques
  • Vous pouvez aussi le commander directement sur la boutique en ligne de Marseille.fr, tou­t ­ comme les anciens numéros encore disponibles.
     
  • Enfin vous pouvez le commander par courrier directement au siège de la revue ou également le retirer sur place :­  ­

    Revue Marseille

    Maison Diamantée
    2 rue de la Prison
    13002 MARSEILLE
    Tél : 04.91.14.64.16  
    E-mail : revuemarseille@mairie-marseille.fr
    Tarifs : 8€ l’exemplaire, 26€ l’abonnement de 4 numéros ou 48€ l'abonnement de 8 numéros.
    Chèque établi à l’ordre du "Trésor Public".  Frais de port inclus.

Réseaux sociaux

 

Suivez nous sur Facebook !

 
 

  Live Tweet