Vous êtes ici

Revue Marseille n°264 : "D’hier à aujourd’hui, Marseille toujours"

23 octobre 2019

"Une mutation en images" 


Comme elle l’a fait à diverses reprises depuis sa création en 1936, la revue Marseille, revue culturelle, historique et patrimoniale de la ville de Marseille se penche dans son nouveau numéro sur l’évolution de la cité phocéenne depuis les douloureuses années 80 marquées par le déclin industriel, la récession économique et le recul démographique.

Cette histoire d’un renouveau s’appuie sur une série de témoignages d’acteurs engagés dans la vie de la cité. Ceux-ci nous livrent successivement leur vision de la ville dans les domaines de la culture, bien sûr, de l’urbanisme, du dynamisme économique, de l’environnement, des transports, mais aussi de la santé ou du sport.

Un arrêt sur images saisissant qui met en lumière les nombreux atouts dont dispose la ville, entrée dans le XXIème siècle avec de prometteuses perspectives dans les secteurs de l’économie numérique, de la recherche et la santé, du développement touristique, du foisonnement artistique et des grands rendez-vous culturels ou sportifs…

Un nouvel épisode dans l’histoire d’une ville qui s’est toujours relevée après les épreuves, comme stimulée par l’adversité.

 

EDITORIAL

Marseille change… Marseille évolue ! Cette ville du Sud, souvent insaisissable pour qui ne la pratique pas au quotidien, connaît depuis un quart de siècle des changements d’importance qui ne laissent personne indifférent.
Sans remonter aux calendes phocéennes, que de chemin parcouru, comme peut en témoigner de numéro en numéro notre Revue, depuis sa création en 1936 - ce que vient de rappeler une exposition au Musée d’Histoire.

Activités portuaires en déclin, douloureuses reconversions, la ville subit la crise de plein fouet. D’année en année, Marseille perd des habitants et la deuxième ville de France affiche, en 1995, un taux de chômage de 21%, deux fois supérieur à la moyenne nationale !
A la fin des années 80, Marseille offrait le visage d’une ville économiquement sinistrée qui peinait à digérer les conséquences d’une décolonisation mal anticipée. La mono-industrie qui a fait sa prospérité, fondée sur l’importation et la transformation, va alors accélérer sa chute.

Pour se relever, comme elle a su le faire après chacune des multiples épreuves qui ont émaillé ses vingt-six siècles d’histoire, Marseille a besoin d’un cap, d’un projet collectif, d’une vision cohérente.

La stratégie de développement qui se met en place s’appuie sur une diversification des activités. Relance de la place portuaire à travers une restauration de sa fiabilité, mise en place de zones franches, développement de l’économie de la connaissance puis de la filière numérique, essor du secteur du bâtiment, ouverture au tourisme et promotion de l’attractivité du territoire à travers l’organisation et l’accueil de grands événements, vont soutenir cette politique et structurer cette ambition au service des Marseillais.

L’industrie touristique constitue l’illustration même d’atouts inexploités que la Ville va développer avec détermination, faisant de Marseille, en l’espace de quelques années, l’une des destinations les plus prisées des touristes dont le nombre approche aujourd’hui les sept millions par an. Conforté par le développement des croisières, ce secteur d’activité est à la fois producteur de richesses et d’emploi.

L’effort porté sur le bâtiment est tout aussi spectaculaire, qu’il s’agisse de la façade littorale redessinée au niveau d’Euroméditerranée, le plus grand centre d’affaires d’Europe du Sud, ou de la production de logements passée de 1000 par an, en 1995, à 5000 aujourd’hui. Des programmes de qualité qui répondent aux besoins des néo-Marseillais de se loger intra-muros, la courbe de population ayant repris sa croissance depuis les années 2000 pour atteindre 860 000 habitants à ce jour.

La culture est un autre levier essentiel qui va permettre à la ville de rebondir. Dès la fin des années 90, Marseille démontre toutes ses capacités et son savoir-faire dans l’accueil d’événements de portée internationale, qu’ils soient sportifs, économiques ou culturels. Point d’orgue de cette stratégie, la Capitale européenne de la culture dont le succès porte son écho bien au-delà de cette seule année 2013. Riche d’une offre muséale redimensionnée, de festivals, d’artistes et de créateurs prolifiques, Marseille développe une attractivité qui ne se démentira plus... allant jusqu’à obtenir la co-organisation des Jeux Olympiques de 2024 !

Meilleur indicateur de la pertinence de cette démarche et de ce volontarisme assumés, le taux de chômage a été divisé par deux en vingt ans et les Marseillais peuvent envisager de nouvelles perspectives d’évolution de leur situation dans une ville qui soigne son environnement et favorise la qualité de vie. Qui modernise ses équipements et bichonne ses aménagements tout en respectant son histoire et ses racines.
La Marseille d’aujourd’hui laisse déjà deviner son évolution ultérieure. Il n’est que temps de lui « tirer le portrait », selon l’expression en usage chez les photographes. Voici tour à tour nos… Arrêts sur images, et témoignages.

[ Jean-François CAUQUIL, Rédacteur en chef de la Revue Marseille]
­
Téléchargez le sommaire 

  • Le numéro 264 est en vente en kiosques
  • Vous pouvez aussi le commander directement sur la boutique en ligne de Marseille.fr, tou­t ­ comme les anciens numéros encore disponibles.
     
  • Enfin vous pouvez le commander par courrier directement au siège de la revue ou également le retirer sur place :­  ­

    Revue Marseille

    Maison Diamantée
    2 rue de la Prison
    13002 MARSEILLE
    Tél : 04.91.14.64.16  
    E-mail : revuemarseille@mairie-marseille.fr
    Tarifs : 8€ l’exemplaire, 26€ l’abonnement de 4 numéros ou 48€ l'abonnement de 8 numéros.
    Chèque établi à l’ordre du "Trésor Public".  Frais de port inclus.

Réseaux sociaux

 

Suivez nous sur Facebook !

 
 

  Live Tweet