Vous êtes ici

Histoire du cinéma à Marseille

Marseille aime le cinéma et séduit les réalisateurs et scénaristes. A la fois adorée et trahie par le 7ème art , l’image de Marseille au cinéma a longtemps été caricaturée et stéréotypée. Mais son histoire cinématographique riche n’a d’égal que sa photogénie qui vaut aujourd’hui à Marseille une place d’estime et une renommée dans le milieu du cinéma.

La cité phocéenne attire la curiosité mais nul ne sait expliquer cet attrait si particulier : Est-ce sa lumière chaude et chaleureuse ? Sa mer bleue et emblématique ? Son patrimoine historique riche et varié ? Une chose est sûre, grâce à son paysage, sa spontanéité, son originalité et les nombreux talents qu’elle a fait découvrir, Marseille occupe aujourd’hui une place d’honneur dans le cinéma français, au petit comme au grand écran, aux côtés des plus grandes villes de France.

Les prémices du cinéma à Marseille

L’histoire du cinématographe a commencé à Marseille avec les frères Lumière. Créateurs du cinématographe et originaires de La Ciotat, ils tournent leurs premières images à Marseille en 1885, sur la Canebière près du Vieux-Port, aux Docks de la Joliette, sur le Cours Belsunce… C’est donc tout naturellement qu’ils installent un des premiers cinématographes de France à Marseille, au 3 rue de Noailles, le 29 février 1886, seulement deux mois après Paris.

Le cinéma se développe très vite mais dès le début du XXe siècle, les marseillais veulent s’emparer de cet art qui, à l’époque, fait fureur aux Etats Unis. Marcel Pagnol décide alors d’adapter ses pièces de théâtre et romans au grand écran. En 1933, il crée sa société de production cinématographique Les Studios Pagnol, où seront tournés des films de Sacha Guitry, Jean Renoir... Il veut créer à Marseille, "un Hollywood à la française".

De 1950 à 1970, les studios de Sainte-Marthe accueillent des tournages prestigieux comme "Les Centurions" de Mark Robson avec Anthony Quinn en 1966, "Adieu l’ami" de Jean Herman avec Alain Delon et Charles Bronson en 1967 et "Borsalino" de Jacques Deray avec Jean-Paul Belmondo et Alain Delon en 1970.

Le cinéma au cœur de Marseille

 

Peu de gens le savent, mais Marseille est le berceau de grand nombre d’acteurs, réalisateurs et cinéastes célèbres comme Alibert (homme-orchestre, 1889-1951), Antonin Artaud (poète-comédien-acteur, 1896-1948), Fernandel (acteur, 1903-1971), Andrex (1907-1989, acteur dans La cuisine au beurre de Gilles Grangier et La bourse et la vie de Jean-Pierre Mocky), Yves Montand (1921, acteur, marseillais de cœur), Paul Préboist (1927-1997, acteur-comédien, Les Misérables de Robert Hussein et La belle Histoire de Claude Lelouch), Robert Guédiguian (cinéaste, 1953), Ariane Ascaride (1954, actrice, César pour Marius et Jeannette en 1998), Patrick Bosso (acteur-comique, 1962), Éric Cantona (acteur, 1966)…

Marseille a souvent été le cadre de scénarii où la ville jouait un rôle important, voire déterminant.Son paysage et ses studios de tournage ont servi de décor à de nombreux films :

- César de Marcel Pagnol en 1936,

- Le Schpountz de Pagnol avec Fernandel en 1937, 

- A bout de souffle de Jean-Luc Godart en 1959,

- Le deuxième souffle de Jean-Pierre Melville avec Lino Ventura en 1966,

- The French Connection de William Friedkin avec Gene Hackman et Fernando Rey en 1971,

 - Les vécés étaient fermés de l’intérieur de Patrice Leconte avec Coluche en 1976,

- Grand Frère de Francis Girod avec Gérard Depardieu et Jean Rochefort en 1982,

- Marche à l’ombre de Michel Blanc en 1984,

- Marius et Jeannette de Robert Guédiguian en 1997,

- Légionnaire de Peter MacDonald avec Jean-Claude Van-Damme en 1998,

- Les films produits par Luc Besson : Taxi I (Gérard Pirès) , Taxi II (Gérard Krawczyk) et Fanfan la Tulipe (Gérard Krawczyk),

- Love Actually de Richard Curtis avec Colin Firth en 2003,

- A Good Year de Ridley Scott avec Russel Crow et Marion Cotillard en 2006,

- MR-73 d’Olivier Marchal avec Daniel Auteuil en 2008…

Enfin, plusieurs séries dont l’action se déroule à Marseille ont été ou sont encore tournées dans les rues de la ville, comme Le tuteur avec Roland Magdane, Plus belle la vie, Dock 13, Ferry Boat ou encore la série Mafiosa. 

Le Château de La Buzine

Construit en 1867 et acquis en 1941 par Marcel Pagnol, le "Château de ma mère" est, depuis 1995, propriété de la Ville de Marseille. Emblém­atique, ce lieu a vécu un destin tourmenté. Après avoir ­connu l’éclat des jours heureux, où il accueillait tout ce que la région comptait de noms en matière d’art et de cinéma, le deuxième conflit mondial mit un terme au projet de Marcel Pagnol, qui était d'y créer une Cité du cinéma.

Aujourd'hui complètement réhabilitée, la Buzine devient la Maison des cinématographies de la Méditerranée. Cet équipement à vocation régionale s'inscrit dans le cadre d'un développement citoyen, culturel et touristique, articulé autour de 3 axes majeurs :

- offrir au grand public une médiation patrimoniale originale
- fournir une programmation artistique et culturelle de qualité
- développer des manifestations événementielles autour du 7e Art

Les programmations se présentent sous diverses formes :

- des rendez-vous hebdomadaires où seront diffusés les titres du patrimoine mondial
- des rencontres thématiques
- un festival bi-annuel, mettant en perspective des oeuvres de fiction, documentaires, issus du pourtour méditerranéen,
- des expositions temporaires sur ce que le cinéma a généré en matière de photos, affiches, dessins…

La Maison des cinématographies de la Méditerranée s'étend sur 2 456m² dont 800m² ont été reconstruits ou réhabilités. Le coût total de la réhabilitation et de l'extension s'élève à 11,4 millions d'euros.

Cette réhabilitation, inscrite au titre des Monuments historiques depuis le 13 janvier 1997, entre ainsi dans le cadre d'un développement patrimonial.

Un espace totalement réaménagé

La Maison des cinématographie de la Méditerranée comprend :

- une salle de cinéma de 350 places avec orchestre et balcon, comme à la "grande époque". Cette salle accueille des "ciné-concerts" et des projections de films mettant la Méditerranée à l'honneur, tels que "La Gloire de mon Père" ou "Et Dieu créa la Femme"
- une exposition permanente avec un parcours immersif intitulé "Une journée en Méditerranée". De salle en salle, des extraits de films méditerranéens sont projetés dont l'incontournable "Arrivée d'un train à la Ciotat" des frères Lumière
- des salons de réceptions pour accueillir, entre autres, des expositions temporaires
- deux salles ouvertes aux cinéphiles, une bibliothèque avec revues et ouvrages, ainsi qu'un espace multimédia permettant aux visiteurs de découvrir des documentaires et des images d'archives du cinéma de la Méditerranée
- une boutique et un restaurant

Autour des bâtiments,­ l'immense parc de plus de cinq hectares est aménagé pour permettre la promenade.

www.labuzine.com


Adresse

56 Traverse de la Buzine
13011 Marseille

Téléphone

04 91 45 27 60
­

 

Horaires d'ouverture
Horaires d'été : les portes du Château sont ouvertes 7 jours sur 7, du lundi au dimanche de 11h à 19h.
Horaires hors été : À partir d'octobre, le château est ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h.

 

 

 

 

Réseaux sociaux

 

Suivez nous sur Facebook !

 

  Live Tweet