Vous êtes ici

L’Hôtel-Dieu

Situés en général à l'ombre de la cathédrale et dépendant de l'autorité de l'évêque, les premiers Hôtels-Dieu font leur apparition en France au VIIe siècle. Leur origine n’est pas certaine mais il semble qu'au départ, ils servaient à héberger les pèlerins et à évangéliser les voyageurs. Progressivement, cette fonction hospitalière s’est transformée. Elle fut divisée, d'une part, en hospice et, d'autre part, en hôpital accueillant principalement les vieillards, les malades et les nécessiteux. ­Les origines de l'Hôtel-Dieu de Marseille remontent à 1166, date à laquelle la Confrérie du Saint Esprit fonde à Marseille l'une de ses premières maisons. Ce que l'on appelle l'Hôpital du Saint-Esprit est un ensemble de maisons étroites, communiquant entre elles. Il est situé dans le quartier des Accoules, qui ­accueillait autrefois les malades et les enfants abandonnés.

Au XIIIe siècle l'administration de l'hôpital passe sous contrôle municipal et deux recteurs délégués en assurent la bonne marche. En 1344, Bernard Garnier, riche négociant, fonde l'Hôpital Saint-Jacques de Galice, destiné aux femmes. En 1593, Charles de Cazaulx, premier Consul de Marseille, réunit l'Hôpital Saint-Jacques de Galice et l'Hôpital du Saint-Esprit en un seul et même établissement qui prend le nom d'Hôtel-Dieu.

L' Hôtel-Dieu, situé à l'emplacement de l'Hôpital du Saint-Esprit près du Vieux-Port, s'agrandit au fil du temps. La direction en est confiée à un ensemble de six recteurs, élus pour deux ans, dont la moitié est renouvelable chaque année. Les fonctions de recteur sont assurées par des notables jouant un rôle actif et participant financièrement au fonctionnement de l'hôpital. Guillaume du Vair (1556 - 1621) et Jacques de Matignon (1643-1727) font partie de ces bienfaiteurs.

En 1723, Jacques Daviel (célèbre pour la mise au point de la cure de cataracte par extraction du cristallin) institue, à ses frais, un enseignement d'Anatomie dans les locaux de l'hôpital. Sous l'Ancien Régime, il se différencie des autres hôpitaux français en confiant le soin de ses malades à un personnel exclusivement laïc.

L'accroissement régulier de la population marseillaise, malgré les terribles épidémies qui ravagent la ville, fait que l'hôpital est toujours trop petit. De 15 000 habitants aux XIIe et XIIIe siècles, la population passe à 65 000 fin XVIIe et à plus de 100 000 à la Révolution de 1789. Face à cette crise démographique, l'hôpital fait régulièrement l'objet de projets d'agrandissement.

En 1993, les derniers malades quittent l'Hôtel Dieu. L’établissement assure alors l'enseignement des élèves infirmiers. Il ferme définitivement ses portes en 2006.

L’Architecture
Le corps principal du bâtiment, tel qu'il est encore aujourd'hui a été construit sur les plans de Jacques Hardouin Mansart à partir de 1753. En 1782, sur les plans de l'architecte Brun, on crée les grands escaliers majestueux, avec les rambardes en fer forgé. En 1865, sont ajoutées au bâtiment central, deux ailes latérales. Les taudis qui enserrent l'Hôtel Dieu sont détruits et un square arboré complète ce bel ensemble. Aujourd’hui, la façade principale et les deux escaliers ornés de très beaux fers forgés sont inscrits au répertoire des Monuments Historiques.
 

 


Adresse

6 Place Daviel 13002 Marseille

 

 

Télécharger le plan des monuments historiques­ ( 6 004 ko, format .pdf)

 

Les monuments historiques

Téléchargez le plan au format pdf

Réseaux sociaux

 

Suivez nous sur Facebook !

 

  Live Tweet